Ton rendez-vous avec le risque

Ton rendez-vous avec le risque

Extrait de Léo Apotheker Beyond The Mirror

Caroline Olsen blog
Caroline Olsen | Mon île

17 juin 2008
Caroline à Léo

Cher Léo,

Je vois que je dois envisager de me mettre à plein temps aux jeux de stratégie afin de pouvoir faire face au mystère fascinant que tu es.
Particulièrement quand tu décides de passer sous la barre parce que c’est moins risqué ou parce que le protocole l’aimerait ainsi…
J’ai peut-être un début d’Alzheimer… tu dis : « je n’ai aucune intention de changer »… c’est alors déjà fait… entre 2000 et 2007… (?)
J’ai dû rater un paragraphe…
Ton vol à mi-altitude, en direction de Movado a foutu un bazar (j’essaie d’être polie) innommable.
Qu’est-ce que tu attends de SAP America ? Tu n’es pas resté assez longtemps de l’autre côté de l’Atlantique pour changer ce monde. Ce n’est pas un reproche. Je suis en train de m’éclipser, moi aussi. Je ne me sens pas Américaine, moi non plus…
J’ai trois héros de SAP America en face de moi. Pure honte. Même le client, qui est à 7000 pieds sous la terre avec son projet, s’en est rendu compte. Pour dire à quel point c’est grave.
Si Richard Branson était prêt avec son agence de voyages pour la lune, j’aurais bien mis tes 3 mecs dans une navette spatiale, avec un ticket one way.
Clairement, aujourd’hui SAP n’est pas capable d’être autre qu’un éditeur de logiciel. Et ne sera jamais capable si tu démissionnes de ce challenge pour cause de pressions ou autres raisons « politiques ».
Tu seras, en solitaire d’exception, à la tête d’un univers quasi parfait d’édition et de vente de logiciels. Rien de plus. Hélas. L’économie mondiale n’aura d’autre choix que de s’en contenter. C’est bien peu par rapport à ta réelle dimension.
Épargne cela STP à tous ceux qui croient en toi.
Dans la situation actuelle chez Movado, la seule chose qui me reste à faire c’est de me tourner vers le CEO et lui expliquer que malheureusement à ce jour, on doit se lancer dans l’aventure SAP… sans SAP car la stratégie de SAP mène à la vente des rêves. Pour être honnête, cette approche me pose un sérieux problème.
Movado est un tout petit point noir, parmi tant d’autres, dans cet immense univers du marchand des rêves…

Tu dis « Tu n’as pas besoin de me convaincre ». Oh que si ! Plus que jamais. Te convaincre d’avoir plus de courage et de confiance en toi, autrement dit, revenir à toi-même et ensuite oser de passer… au dessus de la barre.
Mon bouquin… une façon de te parler autrement qu’en privé et en solitaire… pour te convaincre… pour t’ajouter un peu plus de responsabilités et de pressions (malheureusement ces deux vont ensemble) mais aussi pour te remercier d’être là… Un sacré challenge… J’ai compris…

Dès fin août, tu me trouveras là-bas (voir ci-dessous). C’est un endroit idéal pour prendre du recul et :

  • faire face aux responsabilités et pressions passées et futures…
  • réfléchir comment rester fidèle à soi-même dans un monde en perpétuel mouvement…
  • réfléchir quoi faire avec un QI qui nous gâche l’existence…
  • prendre des décisions qu’on n’arrive pas à prendre autrement…
  • trouver la meilleure façon de remplir les pages blanches…
  • et réfléchir sur la façon qu’on a… d’avoir raison.

Je t’enverrai l’adresse pour si tu voulais envoyer une météorite.
Autrement, du moment où tu ne me transformes pas l’endroit en SAPPHIRE Océan Indien, tu seras le bienvenu (toujours dans le cadre du fameux point B, mais tu peux venir accompagné du point A) pour débattre sur « Les années Léo Apotheker » version papier ou action.

« Be sceptical. Never trust someone blindly » (cela doit te rappeler quelque chose). I agree mais… cela peut mener à éviter le pire mais aussi… le meilleur. On ne peut pas reporter à l’infini le rendez-vous avec le risque… Ose innover, le futur en dépend.

Sincèrement,

my signature