Mafioso

Mafioso

Secret Battle For Planet Earth
Reykjavik, Iceland
Spring 2016

Leo Apotheker 2016
Léo Apotheker

Léo,

Leo Apotheker

“ce n’est pas moi”

Un mensonge…
Parmi tant d’autres.

Leo Apotheker

un usurpateur… ?

Avant c’était Fisher, sauf qu’il a écrit “j’ai été mandaté par Léo Apotheker”
Et maintenant c’est qui “l’usurpateur”… ?

Tu ne peux plus me faire du mal, maintenant.
Déjà, parce que j’ai enfin compris, en automne dernier, ce que j’ai cherché à comprendre, depuis toutes ces années.
Ensuite parce que je sais maintenant que tu vas payer pour tout le mal que tu as fait.
Puis parce que je sais que mes anges gardiens sont plus forts que les forces du mal.

Tu ne parles pas islandais…
Il va falloir que tu te débrouilles.
Les faits, les dates. Ma demande d’asile.
C’était il y a plus d’un an…

Iceland

Arrête de me courir après.
Tu te fais plus de mal à toi que tu en fais à moi.
La bataille en cours pour sauver notre planète ne te laissera aucune chance.

On dit “Jamais 2 sans 3”
La première porte qui s’est refermée derrière toi c’était celle de SAP,
la deuxième celle de HP,
la troisième ce sera celle de… la Terre.

my signature
May 2nd, 2016

Conscience

Conscience

Caroline Olsen

Contrary to what some might believe, I do not belong to the “whistleblower” category.

Do you remember Jiminy Cricket in Pinocchio? A cricket in the role of Pinocchio’s official conscience.
The global economy runs on SAP.
I was, for many years, the Jiminy Cricket to Léo Apotheker, the man who created the SAP empire. It was a one-man show, a performance; but not a noble one.
I was Léo’s conscience. The conscience who tried to guide him in the right direction. Sadly, I failed.

Contrairement à ce que certains peuvent penser, je ne suis pas un whistleblower.

Vous souvenez-vous de Jiminy Cricket dans Pinocchio ? Un grillon dans le rôle de la conscience de Pinocchio.
L’économie mondiale tourne sur SAP.
J’ai été, pendant des années, Jiminy Cricket de Léo Apotheker, l’homme qui a créé l’empire SAP. C’était un one-man show. Une performance, certes mais pas noble.
J’ai été sa conscience. La conscience qui a essayé de le ramener sur le droit chemin et qui a échoué.

my signature

Trahison

Trahison

Didier Burkhalter

Monsieur Burkhalter,

Vous n’avez pas le courage de John F. Kennedy.
Cette comparaison est un honneur ?
Je sais.

La Suisse prise en otage par Khazarian Mafia.
Depuis bien longtemps. Trop longtemps.

On ne peut pas changer le passé mais on peut créer le futur. Différent. Meilleur. Humain.
Le peuple suisse vous a fait confiance. Il a été trahi.

Président, Ministre des Affaires Etrangères, citoyen suisse, un être humain ou simplement Didier Burkhalter.
L’histoire vous jugera.

Je voulais vous dire que moi, je vais avoir ce courage que vous n’avez pas.

my signature

Tomorrowland

English translation below

Avec du retard,
Caroline à Léo Apotheker

11 octobre 2015

Caroline Olsen Blog
Léo Apotheker, former CEO of SAP; the man who created the SAP Empire.

Un Khazar…

Ça alors !
Si ma grand-mère m’avait dit qu’un jour j’allais me trouver en tête à tête avec un Khazar, j’aurais pris cela pour un conte pour enfants…

Le mauvais homme…

Mais comment me refaire
Comment revenir en arrière
Rentrer dans le ventre de ma mère
Et refaire mon entrée chez les hommes
Où je ne suis qu’un mauvais homme
Qui n’a rien fait de bien en somme
Qu’on effacerait d’un coup de gomme

Cela n’aurait absolument rien changé…
Tu serais né en bébé Khazar, encore une fois…
Mais ça, je ne le savais pas quand j’ai écrit Le mauvais homme.

C’est quoi un Khazar ?
Avez-vous séché vos cours d’histoire ? Non.
L’histoire des Khazars, tenue cachée, n’a pas été enseignée.
Pour la même raison, le livre Leo Apotheker | My Life n’a pas le droit d’exister.

800 AD – The Ultimatum is delivered by Russia and other surrounding nations. The Khazarian king was given a choice between Islam, Christianity and Judaism. The Khazarian king chose Judaism, and promised to stay within the requirements laid out by the surrounding confederacy of nations led by the Russian czar. Despite his agreement and promise, the Khazarian king and his inner circle of oligarchs kept practicing…

A ceux qui ont l’intention de chercher à creuser l’histoire des Khazars – pour commencer, apprenez à ne pas confondre les Sémites et les Khazars.

Léo, je ne sais vraiment pas ce que je peux te souhaiter pour ton anniversaire cette année…
Une partie de ce que j’ai écrit, depuis tout ce temps, reste toujours juste. Une partie est à réécrire. Le temps a parlé.
Une chose est devenue claire : si tu n’étais pas né, le monde se porterait mieux…

Non, non, ne commence pas ! Je ne suis ni antisémite, ni anti-Khazar.
Je suis juste anti-evil. Peu importe son origine et sa religion.
Tomorrow est mon rêve. Un monde meilleur. Mais ça, tu le sais déjà.

Tomorrowland…
Casey Newton… mon nouveau rôle (?), après celui de Harry Potter
“I think she can fix it.” (the world)
I will try…

Je prends le risque de finir comme John F. Kennedy ?
A nos dieux et nos anges gardiens respectifs, mon vieux !
J’ai finalement compris pourquoi tu caches tes enfants et tes petits enfants…
Puis, j’ai enfin compris d’où vient ta cruauté.

Après un Masters en Economie, j’ai dû faire un PhD en Politique…
Ce n’était pas prévu mais tu ne m’as pas laissé le choix.

Non, ce n’est pas une revanche. Ce sentiment/comportement m’est totalement étranger.
La vie se charge de la justice et elle le fait bien. Même si parfois elle a besoin du temps.

Pietro de Rothschild
The Bilingual Montessori School of Paris

C’est quoi cette photo ? Paris, dans les années 90.
Pietro de Rothschild…
Assis, au premier rang, 2ème en partant de la gauche.
La classe de ma fille.

Tu comprends tu ça ? J’en suis certaine. C’est peut-être bien cela ton cadeau d’anniversaire.

my signature

P.S.

Cela va loin, très loin, trop loin…
La messagerie de Rudolf Knoblauch, l’ambassadeur suisse en Norvège, a été piratée…
Non, ce n’est pas lui qui a écrit :

DFAE

DFAE

from French into English

With some delay,
From Caroline to Léo Apotheker

October 11, 2015

Caroline Olsen Blog
Léo Apotheker, former CEO of SAP; the man who created the SAP Empire.

A Khazar…

Well well!

If my grandmother had told me that one day I would find myself face to face with a Khazar, I would have thought it was a children’s tale.

Le mauvais homme…

But how to recreate myself
How to go backwards
Return into my mother’s womb
And remake my entrance into mankind
Where I am but a wrongful man
Who has done no good after all

This would have not changed anything…
You would have been born Khazar, once again.
Something I was unaware of when I wrote Le mauvais homme.

What is a Khazar?
Did you skip history class? No.
The history of Khazars has remained hidden, and has not been taught.
This is why the book Leo Apotheker | My Life is not allowed to exist.

800 AD – The Ultimatum is delivered by Russia and other surrounding nations. The Khazarian king was given a choice between Islam, Christianity and Judaism. The Khazarian king chose Judaism, and promised to stay within the requirements laid out by the surrounding confederacy of nations led by the Russian czar. Despite his agreement and promise, the Khazarian king and his inner circle of oligarchs kept practicing…

To those who intend to research the history of Khazars: for starters, learn the difference between Khazars and Semites.

Léo, I do not really know what I can wish you this year for your birthday…
A part of what I have written, all this time, remains right. The rest needs rewriting – time has spoken.
One thing has become clear: if you had not been born, the world would be a better place.

No, no, don’t you start! I am neither anti-Semite, not anti-Khazar.
I am simply anti-evil. No matter its roots or its religion.
Tomorrow is my dream. A better world. But you knew that already.

Tomorrowland… 2015
Casey Newton… my new role, after that of Harry Potter.
“I think she can fix it.” (the world)
I will certainly try.

Am I risking ending up like John F. Kennedy?
To each his own respective gods and guardian angels, buddy!
Eventually, I understood why you hide your children and grandchildren.
And I finally understand where your cruelty comes from.

After a Masters in Economics, I had to take a PhD in Politics.
It wasn’t planned, but you didn’t leave me another choice.

No, this is not revenge. The latter is a feeling/behaviour I am not familiar with.
Life takes care of justice, and does so quite well. Even though it takes time sometimes.

Pietro de Rothschild
The Bilingual Montessori School of Paris

What’s this photo? Paris, sometime in the nineties.
Pietro de Rothschild…
Sitting in the first row, second from the left.
My daughter’s class.
You’ll understand, certainly. Perhaps this is in fact your birthday gift.

my signature

Ed…

June 30, 2015

Ed…

That fourth chair is for me…
I am working on Citizenfour Part 2.
Stay where you are! Your guardian angel brought you to Russia and he was right.
I have seen it for myself: too many of the countries that may seem like a solution are in fact a big part of the problem.
Germany… France… Switzerland… Norway…

Anything to say? Yes!
Anything to say? Yes!

French Justice Minister Christiane Taubira thinks National Security Agency whistleblower Edward Snowden and WikiLeaks founder Julian Assange might be allowed to settle in France.

Madame Taubira…
N’y pensez même pas…
Thomas Waldbaum, le citoyen américain, a disparu en France, en octobre 2014…
William Bourdon était son avocat.
La France est totalement hors la loi, Madame la Ministre de la Justice.

A ceux qui me connaissent…
Attachez vos ceintures pour ne pas tomber de votre chaise.
Cliquez ici pour afficher le document

Leo Apotheker My Life

Violences…
De ma part…
En plus, avec préméditation…
Entre le 25 septembre 2009 et le 2 juin 2014…
?!
Le document ci-dessus fait un grand écart avec ceci (juin 2010) :

Leo Apotheker Juin 2010

ou encore cela (août 2010) :

Leo Apotheker aout 2010

Je ne sais pas si Léo Apotheker a couché avec Madame la Juge d’Instruction ou/et il l’a payé pour qu’elle accepte de suivre ses divagations du moment. Madame la Ministre de la Justice, de la République Bananière France, nous le dira, après l’investigation.

Leo Apotheker | My Life

L’avocat français de Edward Snowden, “l’honorable” William Bourdon a écrit “no legal basis”.
Avant qu’on l’invite à se taire et avant que le dossier des fraudes SAP d’une valeur de 60 milliards de dollars, se trouve volé de son étude parisienne, en octobre dernier, par le chasseur Lionel Bieder. Un chasseur qui chasse ce qu’il veut, quand il veut.
SAP Confidential vous aidera à comprendre.
C’est étonnant que William Bourdon a encore le droit d’exercer…

Revenons au document ci-dessus.
Oui, j’ai promis une baffe à Léo Apotheker, si jamais le mot “antisémite”, derrière lequel il aime se cacher, sortait de sa bouche, en ma présence. Je n’ai pas eu l’occasion. De toute façon il n’aurait pas osé. Moi, non plus, d’ailleurs.
Je l’ai invité à Oslo mais il n’a pas eu le courage de venir. La paix lui fait peur.

Vous souvenez-vous de Jiminy Cricket dans Pinocchio ? Un grillon dans le rôle de la conscience de Pinocchio.
Eh bien, j’ai été, pendant des années, Jiminy Cricket de Léo Apotheker. Sa conscience…
Je suis sincèrement désolée de ne pas avoir été capable d’entrainer son incapacité de travail (ses actions frauduleuses)…

Leo Apotheker | My Life

Madame Taubira…
Expliquez à Madame la Juge d’Instruction pourquoi je n’ai pas pu accepter son “invitation”. Un demandeur d’asile ne peut pas se déplacer. Tout comme Ed Snowden. Ed aurait bien aimé faire un petit saut à Oslo ou ailleurs. Niet.

Si vous cherchez à savoir pourquoi Apotheker magouille à Paris alors qu’il s’est installé à Londres, Stéphane Veuthey, le policier suisse, très ordinaire, de Vevey, vous l’expliquera.
Il est très à l’aise dans le sujet de la fuite fiscale de Léo Apotheker.
Bizarre de la part d’un policier étranger d’un tout petit commissariat ? Nooooooooooooooon.

Leo Apotheker | My Life

Ce policier de la “campagne” suisse a été supposé représenter la police suisse, au lieu de la famille Apotheker, sauf que c’était pas mal une initiative personnelle… La preuve, à peine deux semaines après la parution de SAP Confidential. Rien à voir avec la police suisse :

Leo Apotheker | My Life

Qu’est-ce qui se passe au juste dans la tête de Léo Apotheker ?
J’ai failli vous l’expliquer… dans le livre…
Sauf que ce livre lui a fait trop peur.
A tort.
Depuis, Bill McLoser a sorti le sien… Winners dream.

Quoi maintenant ?
Vous allez découvrir la suite prochainement.
Il s’est passé plein de choses depuis janvier dernier…

Je vais bien.
A tout bientôt.
Ailleurs, sur la toile.

my signature

Exceptionnel ??

Wegger Strømmen - Political Director of the Norwegian Ministry of Foreign Affairs
Wegger Strømmen – Political Director of the Norwegian Ministry of Foreign Affairs

Ne me demandez plus où sont passés les médias suisses. Ils sont en copie.
Vous avez le droit de demander qui leur a imposé le silence.

Emin Huseynov Suisse

Le cas de l’Azerbaïdjanais réfugié à Berne est “exceptionnel”

Didier Burkhalter DFAE
Didier Burkhalter

Excerpt from SAP Confidential:

October 2014: Another attempt at an amicable settlement with Léo Apotheker. The last thing I want is war, so it’s worth another try. In vain.

Tuesday, October 14: Current SAP CEO Bill McDermott’s book, Winners Dream, is released. That same day, the wife and son of Thomas Waldbaum – the lawyer who discovered the truth about SAP’s practices – are assaulted in France, just days before another meeting between Thomas and Lionel with lawyer William Bourdon. Lionel notifies the French and Norwegian police. Håvard Lunde has therefore been informed twice; once through me and again through Lionel.
Following the assault of his family, Thomas disappears.
The four hundred pages of evidence against SAP are now in the hands of William Bourdon.
Lionel and I have lost all contact with Thomas.

Friday, October 17: Lionel finds himself alone in William Bourdon’s office. Thomas did not show up. Still no news from him.
Lionel, seemingly determined to eradicate SAP (and the French authorities linked to his part of the case), steals the confidential files that Thomas entrusted to William Bourdon from the latter’s very own office. These files are worth more than SAP’s market value. Needless to say, there are copies of these invaluable files.
Yes, there is enough material to make a film.

What follows is a series of strange events:
William Bourdon does not seem at all phased by the disappearance of fundamental evidence from his notorious law firm.
He continues his collaboration with Lionel, fully aware of the latter having stolen documents from his office.
He does not seem worried about his missing client, Thomas Waldbaum, whom the stolen files belonged to. He suddenly has no intention of coming to Oslo to speak with me in person, nor simply to speak with me on the phone.
He shares confidential information about me (resulting from his exchanges with Emmanuel Pierrat) with Lionel without my consent.
He clearly has no intention of helping me anymore.
The only document issued by Mr. Bourdon concerning my case lacks accuracy, due to lack of communication.
The interference of Bourdon and Bieder in my affairs with the Norwegian authorities has a strange, sudden and negative impact on my relationship with Håvard Lunde.
In September, Mr. Lunde was professional, considerate, available 24/7 (even on weekends), making sure my daughter and I were ok. We were in frequent contact, both in person and by phone. He even offered his own home as a place to stay, should we need it.
In October, after Bourdon and Bieder have stepped in, Mr. Lunde suddenly refuses to talk to me. He claims that, following a meeting with his boss, he no longer wishes to be associated with the case.

November 2014: Due to the events in October, the progress in our legal journey in Norway is considerably slower. People start coming together to support my daughter and I in this lengthy and costly process.

I remember Lionel mentioning, back in September, that William Bourdon had thought of a different Norwegian lawyer to collaborate with. Early in November, I asked him for the contact details of this lawyer. Surprisingly, I receive this information two weeks later (let’s not forget that this is an emergency situation).
The lawyer in question, Harald Stabell, answers immediately. My daughter and I meet with him the next day.
The meeting ends on an astounding note. Mr. Stabell acknowledges that we have “tried absolutely everything”, and the only choice we have left is to die.
I send an e-mail to William Bourdon. Silence.

Late in November, I get acquainted with Stéphanie Gibaud, UBS France whistleblower. She tells me that she just hired a new lawyer: William Bourdon.
In an attempt to help me, she puts me in touch with Gerard Ryle, an investigative journalist leading the International Consortium of Investigative Journalists (ICIIJ) headquarters staff in Washington D.C., as well as overseeing the consortium’s over 160 member journalists in over 60 countries.
Mr. Ryle and I speak on the phone. He is in the US and travelling to Europe soon, but unable make a stop in Oslo. I on the other hand am unable to meet him in Brussels. Lionel goes on my behalf.
It turns out that Mr. Ryle is a friend of Mr. Bourdon…

December 2014: Since mid-November, I have made several attempts to move the case forward with William Bourdon. In vain. Surprising reaction for a notorious lawyer.

After his meeting with Lionel in Brussels, I have not heard from Gerard Ryle. He had met with William Bourdon in Paris a few days later.
Since early December, Stéphanie Gibaud has ceased to respond to my messages. At the end of November I had informed William Bourdon of my acquaintance with Stéphanie.
Oddly enough, all roads crossing William Bourdon’s office lead to dead ends. Time always tells.

As for Lionel, since the day he took those files from Bourdon’s office, he cares only for himself, for his own case, in his own way.

The icing on the cake?
In mid-December, my conversations with Mr. Bourdon, Thomas and Lionel mysteriously disappear from my smartphone and computer. Someone is trying to hide their tracks. Except that I am one step ahead; I backed everything up in advance. It is not just Thomas’s files – the ultimate threat to the SAP empire – that exist in multiple copies.

There are highly compensated lawyers protecting SAP’s crimes, complicit police officers, and governments trapped in conflicts of interest. But this conspiracy is doomed to fail, because humanity is not yet completely lost.

What’s the next step?
You will find out in due time.

my signature

A State Affair

From NSA-SAP crimes to… the Swiss government.
La Suisse ne sera pas la terre d’accueil pour Edward Snowden et mon exil à l’étranger est loin d’être terminé.

Shades of grey, made in Germany – SAP and the NSA
Shades of grey, made in Germany – SAP and the NSA

Mai 2015
Non, je ne suis ni à Berne, ni en Amérique du Sud…
Ci-dessous, la bande audio d’une de mes récentes conversations avec le Département Fédéral des Affaires Etrangères à Berne.
En ligne, Claude Rapaud.

 

L’enregistrement commence en cours de la conversation car je n’avais pas l’intention d’enregistrer. J’ai commencé à enregistrer parce que ce “dialogue” est une confirmation, une de plus, une de trop, de la complicité des autorités suisses dans l’affaire NSA-SAP.

Un extrait de l’historique autour de la bande audio :
Didier Burkhalter, le chef de la diplomatie suisse, suit l’histoire depuis… novembre 2010.
Les services diplomatiques suisses m’ont rapatrié en Suisse, du Canada, en 2012.
Pendant deux ans la Suisse a refusé de prendre ses responsabilités en matière de protection des témoins des crimes économiques, malgré les accords européens ratifiés par la Suisse.
En août 2014, suite à la confirmation de la complicité de la Suisse dans l’action criminelle organisée par SAP, contre moi et ma famille, j’ai quitté la Suisse et j’ai fait une demande d’asile à l’étranger.

Octobre 2014
Suite à ma demande d’asile, mes échanges avec le gouvernement suisse et l’ambassade suisse en Norvège.
Les médias suisses sont en copie.

Janvier 2015
Mes échanges avec l’ambassadeur suisse en Norvège.
Darius Rochebin (le journaliste vedette de la Radio Télévision Suisse) est en copie; depuis, il s’est muré dans le silence. Claude Rapaud ose parler des médias…

Mai 2015
Les échanges avec l’ambassadeur suisse en Norvège.
Après ma première conversation téléphonique avec Claude Rapaud :

DFAE mai 2015

Après ma deuxième conversation téléphonique (bande audio) avec Claude Rapaud :

DFAE mai 2015

VD DFAE CR DR Mai 2015

GN Le Matin CR DFAE

A venir, la publication des détails et des documents (oui, ils existent !) concernant ma demande d’asile.
On s’approche à grands pas de toute la vérité.

my signature

The Timeline

La traduction française se trouve en dessous de l’image

Caroline Olsen SAP

Next part

1994 – Paris. Mon aventure SAP commence.

1995 – France/Suisse – J’ouvre mon cabinet de consultant indépendant, je travaille essentiellement pour SAP France et ses clients; Léo Apotheker de retour chez SAP, devient CEO de SAP France. Les clients m’apprécient. J’aime ce que je fais.

1999 – Je ne reconduis pas mon contrat avec SAP France. Je souhaite rester en Suisse et offrir le gros de mon temps à Nestlé, qui en 1998 m’a confié son challenge SAP. Une superbe collaboration s’installe. Elle dure presque 4 ans.

2002 – Mes années Nestlé se terminent… Mes réussites dérangent Capgemini. Je découvre le goût amer de l’harcèlement. Nestlé est au courant. Bruno Villetelle protège Capgemni, au détriment de l’intérêt de Nestlé. A l’époque, je ne comprends pas trop. Je préfère partir. J’emporte avec moi, un livre d’or plein de remerciements pour ces superbes années Nestlé, de la part de ceux qui ont partagé mon aventure. Les gens continuent à m’écrire…

Je quitte Nestlé et je continue chez Chanel. Mon aventure Chanel, qui a commencé en été 2001, va durer plus de 11 ans. Une reprise d’un projet SAP mal engagé. Une grande aventure humaine qui prendra fin en été 2012. L’initiative du départ est la mienne. Le mal vient de Chanel. L’origine du mal s’appelle Léo Apotheker.

2003 – J’oriente mon activité de conseil indépendant vers l’assistance à la reprise des projets SAP mal engagés. Il y en de plus en plus. Ma réputation de l’ange gardien des projets SAP se répand vite. Les demandes d’aide se font de plus en plus fréquentes. Venant d’un peu partout dans le monde. Le problème du cauchemar SAP semble ne pas avoir de frontières. Je voyage.

SAP Suisse et André Katz commencent à me mettre des battons dans les roues.
Je ne m’explique pas encore bien le paysage SAP du moment.

Eté 2006 – Je pars au Canada. Je pars avec cette étiquette “l’ange gardien des projets SAP en difficulté “. Je pars pour un long moment. L’accompagnement d’un grand projet SAP à Montréal.
Mon aventure canadienne va durer 7 ans. Montréal/Vancouver.
Il m’a fallu une année pour réaliser que la quasi totalité de projets SAP au Canada a l’allure d’un désastre. Je ne comprends pas.

Je fais connaissance avec un autre sauveteur des projets SAP, un Allemand qui travaille sur un livre « Anatomy of failure »…

Septembre 2007Je demande de l’aide à Léo Apotheker… SAP COO à l’époque.
Il répond à mon appel. Un dialogue s’établit.

Un homme d’affaires canadien, Jacques, s’intéresse au problème. On travaille ensemble sur des solutions.
Il me propose de se joindre à mon dialogue avec Léo Apotheker. J’accepte.
Le dialogue dure plus d’un an et est bien étrangement totalement stérile.
Inexplicable. Venant de la part d’un dirigeant efficace.
Je ne comprends pas. Jacques non plus.

2008 – J’entraîne Léo Apotheker, devenu co-CEO de SAP, dans un projet SAP catastrophe, américano-suisse, à New York. Jacques, m’accompagne. Fiasco totale. Sans espoir. Le sauvetage des projets SAP mal engagés est une mission impossible. C’est confirmé. Je cherche à comprendre.

2009 – L’année de départ de Kagermann à la retraite. Apotheker reste seul à la tête de SAP.
Mes tentatives d’aider les clients SAP dérangent de plus en plus.
Barry Fisher – SAP Canada – entre en scène.
SAP a décide de m’éliminer. Pour commencer, m’éliminer du paysage SAP avant d’aller plus loin pour m’éliminer tout court.

En avril 2009, Jacques prend peur. Il a probablement une longueur d’avance sur moi dans l’interprétation des incidents.
Moi, je ne comprends toujours pas encore suffisamment bien.

SAP fait tout pour m’éloigner de ses clients. Par tous les moyens possibles. Imaginables et inimaginables.

Septembre 2009 – Je commence à écrire. Mon blog Mes années SAP (remplacé en 2011 par le site dédié au livre) voit le jour. Au fil des pages, mon année de dialogue avec Apotheker. En français.

Février 2010 – Celui qui a bâti l’empire SAP, Léo Apotheker commence à faire ses cartons dans son bureau chez SAP. Une page se tourne. Un échec que j’ai vu venir et j’ai essayé de prévenir. J’ai échoué. Je ne comprends toujours pas tout.

Un dialogue s’installe, en privé entre moi et Apotheker, de février à septembre 2010.
J’essaie de comprendre pourquoi SAP s’est pris à moi, alors que la seule chose que je voulais c’était la réussite des projets SAP.
Je n’ai pas eu assez de temps pour comprendre. Le 30 septembre 2010 HP annonce la nomination de Léo Apotheker au poste de CEO de HP.
Le masque tombe brusquement. La pire version de Léo Apotheker fait son apparition :
« Ce n’est pas moi qui te veux du mal ! » « Pourquoi tu ne vas pas voir la police ?»
Des propos pour le moins étranges. La peur ? De quoi ?
Je ne comprends pas bien.

En octobre 2010, quelqu’un à Paris essaie de le ramener à la raison.
Moi, je suis toujours au Canada.
Apotheker s’engage finalement à me sortir de l’impasse à condition que je supprime mon blog SAP.
C’est fait. J’ai supprimé le blog début octobre. Apotheker n’a pas tenu son engagement.
J’ai fait renaitre le blog de ses cendres peu de temps après.

Fin octobre, je prends contact avec les services diplomatiques suisses.
Des échanges commencent avec le Département fédéral des affaires étrangères et le Département fédéral de justice et police.
La Suisse propose de me rapatrier en Suisse mais personne ne comprend encore la gravité de l’affaire. Ni les autorités suisses, ni moi-même.

Entre temps, un client SAP en Europe m’appelle à l’aide. Encore un projet SAP en difficulté.
J’explique aux autorités suisses que je vais y aller, que je vais essayer de gérer la situation seule, sans leur contribution. Du moins pour le moment. Ils promettent de suivre l’affaire de près. On reste en contact.

Décembre 2010. Il me faut juste 3 mois pour constater que c’est un projet SAP sans espoir. Encore Capgemini.
Après mon retour au Canada, je décide de lancer officiellement mon projet de livre. L’idée a eu le temps de mûrir.
La biographie de Léo Apotheker, l’homme qui a créé l’empire SAP. Projet de 2 ans et demi. La sortie du livre prévue pour le 18 septembre 2013, le 60ème anniversaire de Léo Apotheker. Nous sommes en mai 2011. Léo Apotheker est alors CEO de HP. Il est tenu au courant de mon projet de livre, dès le départ. Trop occupé pour s’y opposer ou alors suffisamment confiant pour ne pas le faire.
Le site web dédié au projet voit le jour. J’y reprends l’essentiel de mon blog SAP et je ferme ce dernier. L’audience grandi très rapidement. Tout autour du monde.

L’aventure HP de Léo Apotheker s’arrête brusquement quelques mois plus tard.
Septembre 2011. La porte de HP se referme derriere lui. En cadeau pour ses 59 ans.
C’est la deuxième porte qui se ferme brusquement en espace de deux ans. D’abord SAP puis HP.

Je travaille sur l’histoire de vie d’un homme, qui a détruit ma vie et je cherche toujours encore à comprendre. A comprendre pourquoi. Pourquoi on me condamne alors que je ne voulais que du bien. Il y a toujours encore des zones d’ombre. Trop de zones d’ombre.

Je sais que le héro de mon livre n’est pas un héro mais qu’il a tout pour l’être.
Je ne comprends absolument pas pourquoi il s’obstine à tel point à jouer ce rôle de monstre. Je n’arrive pas à le convaincre de m’aider à comprendre.

Je suis en train d’écrire l’histoire de sa vie.
Je m’imagine qu’il ne va pas bien. Deux gros échecs en peu de temps.
Peu importe à qui la faute.
Décembre 2011. Quelqu’un insiste pour me dire que Apotheker va vraiment mal. Début janvier 2012 je prends l’avion pour Paris. Apotheker ne veut pas me voir. Je lui propose d’arrêter le projet du livre. Sans succès. C’est de plus en plus difficile à suivre.
Je retourne à Vancouver début février 2012.

3 mois plus tard, en mai 2012, je me retrouve avec ma fille, à la rue, au Canada. Le résultat des années d’harcèlement organisé par SAP. Depuis quand ? Je ne sais même pas. C’est progressif. Intensifié depuis 2009. Devenu l’homicide volontaire depuis 2012. Un scenario de destruction. Simplement parce que je voulais aider les clients SAP dans la réussite de leurs projets.
Absurde ? Oui. Dans un monde normal. Pas celui de SAP. Explication vient un peu plus tard.

La cerise sur le gâteau, une fois à la rue, je me trouve immédiatement confronté à Emmanuel Pierrat, l’avocat parisien de Léo Apotheker. Le message ? Léo Apotheker se sent… harcelé. Appelons cela la projection ou encore l’intimidation.

Les services diplomatiques suisses, le Département fédéral des affaires étrangères et le Département fédéral de justice et police se trouvent à nouveau impliqués dans l’histoire.
Rapatriement en Suisse. Bel et bien, cette fois-ci.
Un rapatriement plein de surprises car la bande de Plattner, dont Apotheker fera partie à vie, est très créative et excelle non en matière de technologie mais en matière de destruction des personnes.

En été 2012, de retour en Suisse, je découvre que même mon meilleur client – 11 ans sans nuage – fait parti du scenario barbare d‘Apotheker. L’histoire « de famille » dira Verena, avant que je sauve de justesse sa vie.

Je quitte les bureaux de Chanel quelques jours plus tard, en laissant sans un mot mon laptop dans le bureau du Directeur Financier. Un email suit.

A suivre…

La suite uniquement en anglais

my signature

Maître…

Avocat médiatique, grand défenseur des Droits de l’Homme, William Bourdon sillonne le monde au nom de son association Sherpa

Sherpa a été créée en 2001 en vue de protéger et défendre les populations victimes de crimes économiques.

Leo Apotheker | My Life
William Bourdon, Avocat

Octobre 2014

Maître…

Je vous observe avec mille points d’interrogation dans les yeux…
Votre façon de manier le bouclier est surprenante…
Je sais bien, vous exercez dans une République Bananière.
Pas de gouvernement, pas de police, pas de justice, pas de lois.
Juste Apotheker, Lagarde, Lauvergeon…

Certains de vos clients se font agresser en silence, d’autres sont en train de mourir.
Des preuves disparaissent…

Un débat avec Mediapart…
Non, ce n’est pas la question de l’argent detourné, c’est la question des vies éteintes.
Protection des témoins…
Expliquez-leur pourquoi je ne suis pas venue.

Je crois bien que je n’ai rien d’autre à ajouter. Du moins, pour le moment.

my signature

Inconvenient witness of worldwide economic crime, target for organized harassment by SAP ever since